Maramu - Reservoir d'eau - Traitement anti-osmose

Bonjour,

les parois internes de ma reserve d’eau sur mon maramu sont “bouffées” par l’osmose, (nombreuses cloques).
Que faire? Refaire un gel coat complet avec des solvents “pas trop toxiques” (mais mise en oeuvre pas facile, aeration encore moins, solvent vs santé… ), mettre une sorte de liner, inserer des réservoirs souples…ne rien faire?
Merci d’avance pour vos conseils avisés
jef

Personnellement, sur mon Sharki, je compte attendre encore une cinquantaine d’années avant de traiter. Il me semble qu’il y a assez d’épaisseur de polyester pour que, hélas, je ne puisse pas voir le jour où ma réserve d’eau douce fera monter le niveau de la mer.
Blague à part, ne stressez pas avec l’osmose, c’est, en grande partie, une intox pour faire marcher le commerce. Et j’ai vu trop de bateaux (et même des Amel) qui n’avaient pas mérité de subir de tels outrages : mise à nu, scarifications à la meuleuse, mise en quarantaine 6 mois et plus, tout ça pour quelques cloques qui nécessitaient tout au plus quelques gouttes d’époxy !
C’est comme si on sablait entièrement un bateau acier à la moindre tache de rouille.
(Ou comme si on prévoyait 95 M de doses de vaccin pour une grippette)

J’aime bien l’allusion à la gripette !!
sur notre Santorin, il y a des traces d’osmoses sur le safran
donc : nous allons supprimer le safran
amicalement et bonne année ave ou sans (osmose)
Ursula et Christian

merci messieurs pour votre retour. Toutefois mon souci est plus lié a la potabilité de l’eau dans la cuve que des risques de deterioration des parois de cette cuve due a l’osmose.
Ces cloques devraient etre en partie pleine d’acide acetique, tres bon desinfectant et antiseptique, mais j’imagine aussi pas mal de molecules de solvent ou phtalene pas tres nettes pour la santé…
Peut-etre qu’il y a un traitement intermediaire pas trop lourd, du style poncage et quelques couches de peinture alimentaire??
merci

pourquoi ne pas analyser l’eau de la cuve, pour ses pbs de solvent ?
amicalement
christian

De Jean-Yves SELO

Pour l’osmose dans la caisse à eau, il est trés urgent d’attendre. l’interieur peut être repeind avec un gel coat alimentaire mais pas de précipitation.

Bonjour M. Jean-Yves SELO,
Cela fait plaisir de vous lire ;
ne pensez vous pas, que tous les Amélistes, présents sur ce forum, ne connaissent pas forcément vos anciennes responsabilités.
Et qu’à ce titre, si vous nous le précisiez, votre intervention serait regarder avec plus d’intérêt.
Encore merci

C’est une chance d’avoir Mr. Selo sur ce forum.
A t il réalisé qu’en venant se joindre à nous il est en train de compromettre la tranquillité de sa retraite.

Sans vouloir faire de flatteries, le seul fait que monsieur Selo soit Amélien dans l’âme l’empêchera sans doute de se désintéresser de la vie des bateaux qu’il a vu prendre la mer.

Et puis, veut-il vraiment une retraite “tranquille” ?

En tout cas, merci à lui d’être disponible et de nous faire part de son savoir.

Surtout pour ceux qui comme moi s’intéressent aux “vieux” Amel…

Bon vent à toutes et à tous

Merci pour tous vos messages. Apres analyse, l’eau ne présente pas des doses excessif de solvent mais n’est pas consommable du fait d’algues, bacteries etc…
Donc au programme prochainement: nettoyage des fonds et peinture avec gelcoat alimentaire!
Est-ce que quelqu’un peut me recommander un gelcoat approprié.
Par ailleurs, est-ce qu’il y a un moyen de découvrir totalement les cuves d’eau, ou les seuls acces disponible sont les (petites) trappes de visite?
Merci
jef,
EOS

Une fois le bar désolidarisé du plancher (6 boulons/écrous) et poussé sur le côté, seule l’opération “déplaquage” permet d’accéder aux compartiments du réservoir d’eau douce. Ne pas oublier la plaque qui se situe dans l’armoire à casseroles, sous l’évier. C’est notamment celle qui permet d’accéder au conduit d’arrivée d’eau de remplissage et au flotteur. Pour travailler facilement, je préconise de démonter le plateau intermédiaire de ce “compartiment à casseroles” et de ne pas hésiter à en démonter la planche de base (plusieurs vis à bois et une vis à écrou au-dessus de la pédale de la pompe à pied), laquelle constitue une gêne non négligeable pour intervenir efficacement dans cette partie du réservoir et surtout au replaquage.
Une pompe d’épuisement de jardin étanche et capable de travailler sous l’eau permet de gagner un temps fou pour évacuer les différentes eaux de lavage. Il faudra terminer l’assèchement au chiffon/éponge/balai + petit radiateur soufflant avant mise en peinture.

Sans vouloir intervenir dans votre décision de repeindre, je pense qu’un nettoyage approfondi avec eau de javel (une nuit de macération avec mouillage très calme, réservoir plein et 20L de javel) et plusieurs eaux de rinçage devrait suffire (finition = 1 flacon d’Elsil). Si vraiment le gelcoat est absent par endroit, des raccords à l’epoxy ou au gelcoat spatulable après nettoyage des “cloques”, suivis de retouches de peinture de cale epoxy certifiée pour contact alimentaire ( = Epoxy storm BOERO chez Accastillage Diffusion) et le tour devrait être joué !
Cordialement et bon courage !

Merci Bien, Axel.

Je vais m’attacher a la charge…et effectivement il me faudra bien du courage pour en arriver a bout :slight_smile:

bonjour à tous,

Je me pose une question qui peut paraitre insolite. Le fait d’avoir de l’osmose dans le réservoir
à eau peut elle avoir pour conséquence de provoquer une osmose de l’intérieur vers extérieur sur l’ensemble de la coque?

Philippe

Je confirme les méfaits de l’osmose interne, identifiés lors de la remise en état du Maramu N°116; lors du nettoyage du lest de quille avant traitement epoxy nous avons percé des poches d’eau douce proches de la liaison coque & lest, ainsi que les suintements humides & acides dans la zone de liaison. Vérification faite des compartiments d’eau douce asséchés & nettoyés, le revêtement interne montre des traces de cassure dans le gel coat. L’eau douce (densité supérieure) passe dans la fibre & rejoint les couches de protection sur la quille, désolidarisant le gel coat & les epoxy. je vais suivre les conseils des anciens Amel, & lancer une peinture au gel coat alimentaire des 2 compartiments les plus arrière (4 & 5, approximativement 650 Litres), & condamner les 3 compartiments avant. Les seuls problèmes sont dans la méthode d’application avec un accès très limité (trappes de visite étroites & cuve profonde de 1 M) & la nécessité de trouver un produit qui n’a pas besoin d’une accroche parfaite (ponçage sur surface verticale à distance), & que l’on peut étirer au rouleau … Quelqu’un a t’il une recommendation pour un produit ayant donné ses preuves ? Une méthode pratique de mise en oeuvre (préparation surfaces, peinture) ?
La coque & le lest sont prêts à être traités à un système de peinture époxy. Pas remplissage du réservoir d’eau douce avant traitement d’étanchéité des parois internes. Je transforme les réservoirs Avant en cave à vin.
Christian Alby - Désirade VIII Maramu 116 à Canet en Roussillon

Bonjour,
Avec un peu de retard sur ce fil, j’aurais souhaiter savoir qui vous a fait
les analyses d’eau.
Merci